Dans les intérieurs de… Entretien avec Léa, la petite fée


Bienvenue en entretien avec Léa. Voici le début d’une belle série d’interviews  » Dans les intérieurs de… » avec des âmes lumineuses qui nous ouvrent les portes d’elles-mêmes et des lieux qui les portent. Aujourd’hui, nous entrons dans ce bel univers.

Rencontre avec Léa, la petite fée des Chartrons

Léa, je la connais depuis peu mais je l’adore. Avec ses grands yeux vert, c’est une petite fée. Elle tient son joli salon de thé Origines Tea & Coffee dans le quartier des Chartrons à Bordeaux. Elle y propose une sélection savoureuse de thés et de cafés biologiques en tout genre et nous accueille avec son grand sourire tous les jours du mardi au samedi de 10h à 19h.

A chaque fois que je m’arrête dans le joli salon de Léa, c’est le défilé. Passants et commerçants des alentours vont et viennent pour s’approvisionner, échanger, boire le thé, prendre leur café avant de commencer la journée. Les cafés et les thés sont succulents mais on vient aussi prendre notre petite dose de « Léa », écoute bienveillante, fraîcheur et bonne humeur.

En passant le pas de la porte, on entre dans la douceur enveloppante du lieu, véritable reflet de son hôte.

Rencontre avec Léa et son lieu de travail

  • Coucou Léa, peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ? Qu’est-ce qui t’a amenée à tenir un salon de thé ?

Je m’appelle Léa Lanterne, j’ai 28 ans et je vis à Bordeaux depuis 10 ans. Je suis arrivée dans cette ville à la base pour y faire mes études de Psychologie. Je me suis spécialisée dans les addictions et ensuite j’ai suivi une formation de Sophrologue. Et finalement c’est ma passion du thé qui m’a donné l’envie d’en faire mon métier. C’est comme ça que j’ai commencé à travailler pour Origines, à sa naissance il y a 4 ans. J’ai racheté le fonds de commerce en ce début d’année : un rêve devenu réalité !

Peux-tu nous raconter la rencontre avec ce lieu. Que représente le lieu de vie et de travail pour toi ?

C’est un enchaînement de synchronicités qui m’ont amenées à franchir le seuil de la boutique, alors je savais déjà que ce serait quelque chose d’important. Et quand je suis venue pour la première fois poser ma candidature, je savais que je devais être ici, c’était une intuition profonde, inexplicable et je sais que les intuitions ne mentent jamais… Le lieu m’appelait ! Quand j’étais étudiante en psycho, je rêvais secrètement de tout plaquer pour ouvrir mon petit salon de thé dans lequel je ferais des ateliers de relaxation, mais je ne l’ai pas fait car j’avais trop peur de me lancer, c’était juste une idée « en l’air ». J’ai été frappée de voir que la boutique ressemblait beaucoup à ce que j’avais pu imaginer…

Pour moi, mon lieu de travail me permet de m’épanouir, de déployer mon énergie, de rencontrer des personnes extraordinaires, de cheminer par l’expérience de situations vécues. Alors que mon lieu de vie représente plus le retour à soi, l’introspection, l’intimité. Contrairement à la boutique, peu de gens viennent chez moi !

Quelle relation as-tu avec ceux-ci ? A t-elle évolué au fil du temps ?

Très rapidement, je me suis sentie dans la boutique comme chez moi car Natalia et Loïc, les fondateurs, m’ont laissé la gérer pendant qu’ils travaillaient sur l’ouverture d’autres points de vente. C’est comme si j’avais investi les lieux de mon énergie, surtout quand nous avons tous les trois décidé que je rachèterai la boutique le moment venu. En 4 ans, la boutique a beaucoup changé, surtout dans le salon. J’ai redécoré à mon goût pour créer une atmosphère plus cosy pour que les clients s’y sentent vraiment bien accueillis.

Ma relation avec mon lieu de vie évolue aussi : en ce moment je me défais de mes possessions pour revenir à l’essentiel et j’ai en projet de vivre dans une tiny house. Vivre dans un lieu si petit, avec pas grand-chose est pour moi une grande liberté !

L’énergie du salon est très particulière, enveloppante et chaleureuse. On s’y sent systématiquement bien. Comment expliques-tu cela ? Fais-tu des choses particulières ?

Et bien je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais ce que je peux dire c’est que je l’ai décoré avec le cœur, vraiment comme j’aime : des rideaux à fleurs, des plantes grasses un peu partout et même au plafond, des théières anciennes, une petite cheminée… Et puis tous les matins, je fais brûler du bois de cade pour purifier l’atmosphère. Pendant que je fais ça, je répète les 4 principes fondamentaux de la cérémonie du thé japonaise : « Harmonie, Respect, Pureté, Tranquillité », comme un mantra. Et aussi, j’ai quelques objets secrets placés à des endroits précis pour contribuer à la bonne énergie.

Je sais que tu organises également des ateliers. Peux-tu nous en dire plus ?

Oui, j’organise plusieurs types d’animation : les ateliers de dégustation de thé/café/chocolat pour faire goûter mes produits et partager ma passion et aussi des ateliers plus centrés sur le bien-être en invitant des spécialistes (massages japonais, réflexologie, cours de qi-gong…). Moi-même j’anime mon atelier « thé & sophrologie » pour se détendre et explorer ses sens en dégustant le thé. J’ai aussi l’immense privilège d’avoir rencontré une jeune femme japonaise maître de thé, Maki Nishizawa. Elle vient une fois par mois réaliser une cérémonie traditionnelle japonaise. Régulièrement, j’invite aussi Les Succulentes de la Malice pour une vente de petites plantes grasses dans leur vaisselle vintage. C’est grâce à elles que la boutique est aussi « végétalisée ».

As-tu d’autres projets concernant le lieu ?

Oui plein ! Pour faire court, j’ai envie que ce lieu ne sois pas uniquement une épicerie fine bio et un salon de thé, mais aussi un lieu de rencontres, de partage et de culture. Ca se dessine déjà depuis un moment et je l’alimente. Chaque jour je me sens enrichie humainement et j’espère que les personnes qui fréquentent le lieu le sont aussi.

En entrant dans ton lieu de travail, on fait un peu plus connaissance avec toi. Un sentiment que tu es au bon endroit, au bon moment. Tu dis si justement qu’il est bon de faire des choses justes pour soi-même ici et maintenant. De cultiver la fluidité. Comment appliques – tu cela au quotidien ?

C’est tout un travail et c’est passionnant ! Pour moi, cultiver la fluidité signifie de ne pas lutter contre le flux de la vie, mais de glisser avec. Quand ça accroche, que je rencontre tout le temps des obstacles, que je tombe malade, ce n’est pas fluide et il faut comprendre les signes pour prendre la vague au bon moment et faire corps avec.

Si tu avais un message à transmettre à tous les lecteurs, lequel serait-il ?

 Ce serait de prendre en considération nos intuitions, nos désirs profonds et tous nos rêves que l’on croit impossible à réaliser pour mille bonnes raisons. On a tous des peurs, c’est normal, mais nous pouvons les regarder en leur disant : « hello chères peurs, je vous vois, je sais que vous êtes là, mais moi j’ai des choses à faire dans ma vie vous voyez, et je vous remercie de me montrer ce que je dois travailler en moi pour avancer». C’est là qu’on se rend compte que les peurs n’ont pas de réelle consistance mais qu’elles sont justes là pour nous montrer la voie, et du coup le troll se transforme en labrador !

Mais où est-donc ce lieu lumineux ?

Merci à cette belle lumière d’avoir accepté de répondre à mes questions. Pour la retrouver, déguster un bon thé ou café ou assister à un atelier, rendez-vous à Origines Tea & Coffee, au 11 rue Sicard à Bordeaux. 🙂

Le site d’Origines Tea & Coffee : http://www.originesteaandcoffee.com/

Le FB du salon de thé de Léa : https://www.facebook.com/origineschartrons/

Parce que les lieux sont le reflet de leurs habitants,

« Bien habiter, bien être »,

Mathilde